RENOVATION CANOË ACAJOU PIERRE DELMEZ

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

RENOVATION CANOË ACAJOU PIERRE DELMEZ

Message par DAVY CROCKETT le Ven 4 Aoû - 23:25

Rappel du premier message :




Chers amateurs de beaux canoës, je partage ici mon projet, juste achevé, de restauration d'un canoë estampillé "PIERRE DELMEZ  CONSTRUCTEUR - 47 QUAI DE CHAMPAGNE LE PERREUX" (sur Marne 94). N° de série « 114 3 ». Fabrication dans les années 50 ? 4m70 x 90 cm. 38 kg.
Avec ma petite famille nous avons débuté nos aventures de marins d’eau douce en gonflable, puis en sit-on-top plastique, pour naturellement avoir envie du fameux canoë bois "indien". Appellation bien étrange pour un bateau né sur la Marne  Wink . Achat fin 2015 à Bry sur Marne (juste à côté de son lieu de naissance mais il aurait passé sa première existence à L'Isle Adam). Restauration attaquée printemps 2016, pour finir ce juillet 2017.
La décalcomanie intégrée au vernis restant, atteste bien du fabriquant DELMEZ mais par de nombreux détails que les connaisseurs reconnaîtront sûrement, il sent fortement le CHAUVIERE ! Plagiait-on déjà dans les années 50 ?
Le vocabulaire technique employé ici (le « jargon d’initié » qui fait de moi un expert  Cool ) m'a été grandement inspiré sur le site https://canoebois.jimdo.com. Merci de me corriger. Je recommande aussi le site http://gense-d.fr/canoe/canoe.htm (construction d'un canoë très détaillée).

Le bordage est en acajou, l'étrave et les quilles d’échouage en frêne.
Les photos vous montreront les étapes mais, premier conseil à ceux qui voudraient se lancer dans l'aventure : c'est au fur et à mesure qu'on s'y met que l'on découvre la réalité de son état ! En effet, au début "il paraît pas trop mal" mais ça se gâte vite :-). Pas grave, vu que j'avais le temps et l'envie de faire bien (ou plutôt "pas trop mal"). Un bel objet comme celui-ci mérite d'être bien traité : j'ai donc toujours essayé de garder le maximum du bois d'origine.
Il va de soi que je peux communiquer plus de détails par la suite ; il suffit de demander.

LES PRINCIPALES PARTIES BOIS CHANGEES :

- Membrures : par chance, je n’en ai eu que quelques unes à remplacer, sous les pontets.

- Le pontet arrière et les bordés d’acajou qui s’y finissent : le bateau est resté 5 ans posé sur ses pointes, directement sur la terre => un côté a réussi à pourrir.

- L'extrémité des deux plats-bords à l’arrière (*) pourries aussi.

- Les deux « listons » ? ( pas sûr du terme), juste sous la latte de bordage en bois plus clair, sous les plats bords. Pas facile non plus le cintrage dans les deux plans sur une telle longueur. (20 mm en saillie du bateau X 15 mm d’épaisseur). Je vois cette belle ligne plus claire formant un liseré décoratif sur tous les beaux canoës mais ces 2 "baguettes" en plus sur le mien, qui sont très utiles en termes de protection aux chocs et pour couper les éclaboussures par les vagues, sont aussi d'un apport esthétique que je trouve important. Parce qu'impossible de trouver du hêtre en 4,5 m, je les ai ajustées bout-à-bout par une coupe en "écart".

- L’étrave : la longue partie centrale et la courbure AV, en frêne aussi. Ne pouvant étuver pour la courbure, je l’ai réalisée en 3 épaisseurs successives de 8 mm pouvant être cintrées de force sans rompre, chacune posée collage et cloutage et ensuite formage au rabot : l’empilage fait 20 mm et on n’y voit que du feu !

- Les 14 quilles d’échouage : en frêne de 3m50 de moyenne = 50m, sans machine outil ! Débitées dans une planche à la scie circulaire portative et formées hémisphériques au rabot et l’huile de coude. (Vive la toupie du menuisier  rabbit ). Chacun des 270 clous cuivre (sic !) est verrouillé en le recourbant sur la membrure, en portant coup à la massette.
La plupart des canoës que je vois en photo n’en ont pas ou seulement deux : pour m’être retrouvé cet été en rivières en très basses eaux (Lot et Tarn), je peux dire qu’elles sont très utiles ! et pas moins esthétiques, à mon goût.

- Les deux barrots : un seul était vermoulu mais je change les deux pour l’aspect. En hêtre, comme je pense à l’origine, et particulièrement seyant car prenant une jolie teinte jaune avec le vernis. Taillés dans la masse au rabot et ponceuse à bande fine (« lime électrique » dont je ne peux plus me passer pour mes bricolages  Idea

- Les deux ½ planchers vermoulus : restent à faire au printemps prochain. J’avoue que l’usage actuel en navigation démontre que l’on pourrait très bien s’en passer, surtout avec le 3ème siège milieu posé au fond, mais je tiens trop à le remettre à l’état d’origine.

LES SIEGES :
S'il y avait eu des bancs, il n'en restait que les 4 supports d’origine rivetés au bateau. Je les ai fabriqués en hêtre, aussi pour la teinte jaune. Ne maîtrisant pas le cannage artisanal, j’ai opté pour un croisé de sangles nylon de 30 mm. Une petite touche moderne et mon épouse adore car très confortable ; alors …  farao

Ceux qui pratiquent le canoë régulièrement savent qu’un dossier n’est pas un luxe ! Et puisque j’en ai vu certains sur des photos anciennes, je me suis permis d’en ajouter.
Par chance j’ai eu avec le bateau le petit siège passager « so cute » que je n’ai eu qu’à décaper et vernir.


LE VERNISSAGE :

- Bien sûr décapage complet intérieur et extérieur (DECAPEX + racloir + ostéopathe)
- 4 couches extérieures et autant intérieures de vernis LE TONKINOIS (facile à trouver … chez Casto)
- Seul produit moderne utilisé : un filet de mastic acrylique noir appliqué entre chaque bordé, pour garantir l’étanchéité sans me soucier par la suite du taux d’hygrométrie du bois. J’ai utilisé un racloir en pointe pour pratiquer un fin V de 1mm pour injecter suffisamment de mastic. Il faut le savoir pour distinguer maintenant ce mince filet noir entre chaque bordé. Résultat à l’usage : bateau très sec laissé au soleil par temps chaud => environ 1 litre d’eau seulement passe durant une navigation de 3 heures.

PLACE AUX PHOTOS :

AVANT













Question : à l'origine ces « listons » étaient percés à intervalles réguliers que je n'ai pas encore reproduits : quel est l'usage des ces orifices ? (pour sangler un chargement ? Pour une ligne de vie ?)





PENDANT







L'extrémité de la "poutre" d'étrave s'étant avérée spongieuse sur 15 cm, il m'a fallu y placer une pièce pour la reconstituer. J'ai opté pour la dureté du chêne tant cette pièce tient tout (plats bords, pontet, quille d'étrave).





Dur dur sans étuve pour cintrer avec une telle section ; et dans les deux plans !
Alors pour refaire le pontet pourri, j'ai tenté, "avec les moyens du bord" de cintrer mes beaux morceaux d'acajou massif ... l'acajou en rigole encore ! (pourtant dans l’eau à plus de 70° plusieurs heures). J'ai fini par tailler dans la masse avec ma planche de hêtre de 35 mm.



Je vous montre ce qui n'a servi à rien, pour partager l'expérience :-)




L'ancien pontet


Le nouveau pontet, taillé dans la masse. Pas simple à installer car il tient tout ... et inversement. Il y a des vis-tirants partout :-)







On voit bien ici malheureusement les coupes de raccord des pièces neuves.


Wouaouhh. Sa belle vraie couleur jaillit pour la première fois ! Ça fait du bien :-)




Ponçage au 400 à l'eau, bien sûr.


Mais ce n'est pas assez, il ne devrait plus y avoir du tout de peau d'orange (mais on n'ose pas poncer plus, de peur de retomber sur le bois :-)



Les quilles d'échouage ne sont posées qu'après 2 couches de vernis sur coque nue.


Ça fait haut, 4m70 !



Astuce : les dossiers sont repris de chaises pliantes de jardin trouvées pour 20€ sur Leboncoin. Un est rétréci pour aller à l'AR.







APRÈS (enfin  Very Happy )






On voit bien ici que les plats-bords anciens sont fortement tachés de noir => si quelqu'un peut me donner l'astuce pour réduire le contraste entre l'ancien et le neuf ? Chimiquement sûrement car le ponçage ne donne rien, tant le noir est en profondeur.


















Astuce : parce la baguette laiton à un des deux anneaux est cassée, j’ai inséré à la structure bois, sous le pontet, un câble acier invisible et j’en ai profité pour y installer un câble pour antivol.




Les deux barrots sont refaits à la main, en hêtre.








Arghhh ! Le décapant à débordé sur le logo  Crying or Very sad




Les nouveaux dossiers sont juste placés sur les bancs par 2 tourillons pour être amovibles (pour le transport à l’envers) et réglables en inclinaison pour les modes « sport » ou « chaise longue ». Les chaînettes laiton s’étant avérées depuis trop fragiles ont été remplacées rapidement par des fins câbles acier. Il me faudra trouver une solution plus esthétique. Si quelqu'un a une idée ?


On aperçoit les 3 chaises rescapées.






Je n’ai pas résisté à l’envie d’installer une ombrelle pour Livia, ma petite fille  queen .
(Carrefour, rayon poussettes)



Le dossier AR est rétréci pour mieux s’intégrer esthétiquement à l’arrière plus étroit du bateau.


Le système de fixation automatique au sol d’origine du siège étant prévu pour des membrures larges à angles droits, type Chauvière je crois, et n’ayant pas encore replacé les planchers, j’ai confectionné ce petit support-étrier pour fixer le siège à l’aide des petits verrous d’origine des ½ planchers. NB : au premier usage, ils se sont avérés insuffisants pour maintenir le siège fixé au fond => de toute façon à revoir avec la remise en place des 1/2 planchers.
NB : dans le cadre de la bienséance, l'invitée ne rame pas !



J’ai aussi pratiqué un système avec goupilles et trous en décalés, pour le meilleur confort de l’invité(e) qui peut régler son dossier. NB : depuis le premier usage, il s'avère que je dois trouver une autre solution car les trous se sont agrandis en s'appuyant sur le dossier. En effet, le bois dans les trous restant mouillé en permanence, s'est ramolli et les trous sont devenus des lumières !





Autre coquetterie, le dossier du banc AV est réversible, pour que mamie puisse discuter en face-à face avec sa petite fille … et laisser papy ramer seul !





Là aussi j'aimerais faire disparaître les tâches noires


Les dossiers sont accrochés aux bancs par des minis tendeurs, pour transport en voiture à l’envers. Les pagaies sont elles aussi fixées par tendeurs aux barrots => tout le nécessaire de navigation est donc toujours avec le bateau, pour ne rien oublier, et on ne voit rien !



Pour protéger une telle œuvre, il lui fallait un abri ! Le canoë rejoint ainsi son frère ainé, le kayak de mer, qui me sert pour « faire des bornes » sur l’Oise. C’est moins glamour comme engin mais ça va mieux en solo et plus vite. En plus du toit de la voiture, j’en profite finalement principalement à l’envers  Cool  .  


Je montre l’ossature de l’abri, pour inspiration. Les traverses où sont posés les bateaux sont des rouleaux pour les glisser sans dommages … ni trop d’efforts  rabbit .




OUF, EN ROUTE POUR LES VACANCES !



Voici donc notre petite Livia  I love you


Le bateau peut aussi servir de piscine perso :-)


Sur le Lot, le Tarn et le Gard, par manque d'eau en août, il a fallu souvent porter.
Il est sûr que là les canoës plastiques ont l'avantage mais on s'en moque, c'est moche ! Je ne vous dis pas le succès partout où l'on est passés  sunny  Z'avez vu l'effet Ultra Brite ? :-)

[/size]

AU RETOUR DES VACANCES
Pour ceusses qui se demanderaient lors de leur restauration s'il faut laisser, voire installer, les quilles d'échouage (il est vrai que c'est un gros travail à refabriquer quand on n'a pas de machines-outils), j'ajoute ici des photos de la coque après navigation cet été. Lesdites quilles ont bien pris !
L'avantage du bateau bois : un coup de papier de verre et de vernis et ce sera réparé !  :-)







Dernière édition par DAVY CROCKETT le Jeu 31 Aoû - 18:04, édité 29 fois
avatar
DAVY CROCKETT

Date d'inscription : 23/07/2017
Messages : 19
Localisation : EZANVILLE

Revenir en haut Aller en bas


POUR FANCH

Message par DAVY CROCKETT le Lun 4 Sep - 16:29

Merci. Qu'est-ce que le "transfilage" ?
fanch-) a écrit:
DAVY CROCKETT a écrit:Merci Fanch : aurais-tu une ou deux photos de ton système avec tendeur, stp ?
fanch-) a écrit:Avoir le dossier qui pince un élément avec l'assise pour tenir le siège au bateau est un peu osé.... Si la pince se loupe le dossier part à plat !... ou si le siège bouge il peut arracher l'élément et faire un voie d'eau.

Perso la seule solution que j'ai trouvé et que je teste dans ma périssoire s'est un grand tendeur qui retiens le siège au plancher par transfilage. Il y a un petit degré de liberté si besoin, s'est assez discret car ça passe entre les lattes de l'assise et s'est démontable sans outils.
Reste à trouve un système pas trop agressif pour tenir les planchers au canoé.

S'est le siège que j'ai mis dans la périssoire...utilisation avec une pagaie double donc ensemble en "équivalence kayac" et besoin d'un siège qui tienne en place.
Le plancher de ma périssoire est fixé par vis dans des barreaux bien plus solide que dans un canoé... moins de souci d ce coté là. le tendeur de fixation tire un peu sur le plancher mais s'est sans conséquences.
Le tendeur fait le tour des planchers et passe plusieurs fois entre les barreaux... il y a mieux à faire en ne faisant pas le tour mais en passant dans des trous.
Reste un petit souci de "guidage" du siège, il a une légère tendance a pivoter sur lui même... deux solutions possibles ; des encoches dans le plancher ou deux tasseaux en plus longitudinalement.

Transposé dans un canoé on garderai l'avantage du fait que le plancher même fixé "léger" reporterai des effort pas prévus et dangereux pour la structure de fixation uniquement entre le plancher et le siège.... avec en plus un avantage de longueur du plancher qui répartit mieux les effort entre le plancher et la coque.

Donc les targettes habituelles de plancher semblent être une assez bonne idée qui pourrai être améliorée par une pièce soit "fusible" soit "souple" (casse avant la coque ou s'adapte et se remet en place) .... Si sur un "accident" les fixation tiennent et que s'est le plancher qui casse avant le siège ou la coque s'est que l'on a fait le bon choix ! Multiplier les point de fixation plancher-coque semble aussi une bonne idée mais j'ai un doute.

Pour mon nouveau canoé "bois toilé" je compte faire une fixation des planchers uniquement "textile" par transfilage facilement démontable pour inspection. Notez aussi qu'en cas d'avarie genre pagaie cassée le transfilage peut etre enlevé le le fil utilisé pour réparer... on appelle ça un véhicule qui continue de fonctionner en "mode dégradé". Very Happy
avatar
DAVY CROCKETT

Date d'inscription : 23/07/2017
Messages : 19
Localisation : EZANVILLE

Revenir en haut Aller en bas

Re: RENOVATION CANOË ACAJOU PIERRE DELMEZ

Message par fanch-) le Lun 4 Sep - 18:10

DAVY CROCKETT a écrit:Merci. Qu'est-ce que le "transfilage" ?...

..... Des boucles simples répétitives........ Un "ferlage" de voile au rangement en est un.

Exemples :




fanch-)

Date d'inscription : 23/08/2017
Messages : 78
Localisation : Ste Anne d'Auray

Revenir en haut Aller en bas

Re: RENOVATION CANOË ACAJOU PIERRE DELMEZ

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum